Les Alligators


En 1980, ils étaient en première partie de L’ Olympia d’Eddy Mitchell...




Interview
de Pascal Periz



Des Alligators au Pow Wow...








Pascal Periz arrive sur le lieu de l
interview, il regarde le mur sont visibles
des affiches de film western, tout en chantant « My Pony, My Riffle and Me »...

Bonghjornu Pascal Periz  (bonjour Pascal Periz), Benvinutu ! à Mitchell-City, Cumu sì ? In forma ?
(comment vas-tu ? en forme ?)

La forme est bonne et je souhaite aux personnes qui viennent visiter le site "Pace et Salute"*, comme ont dit en Corse.*Paix et salut.

As-tu joué dans d’autres groupes avant les Alligators ?

Non, avant les Alligators, je jouais avec mon frère, Marc (lui aussi devenu guitariste des Alligators).
A 16 ans, nous jouions dans les Cabarets de la guitare picking, Chet Atkins, Beatles… à deux guitares nous ne chantions pas.

Comment se sont formés les Alligators ?

Les Alligators se sont formés avant mon arrivée vers 1976 dans le groupe il y avait Alain Chennevière, son frère Bertrand (guitare solo), Squale (guitare et par la suite batterie), Momo (Batterie).

En 1978 mon frère Marc est rentré dans le groupe et l’année suivante, donc en 1979 je suis arrivé.

Comment as-tu vécu la période Rockabilly Big Beat Records ?

Mon père était Espagnol, ma mère Italienne et tant que je n’avais pas eu mon BAC les sorties étaient interdites, donc je n’ai pas connu les boums etc...

Quant je suis rentré dans le groupe des Alligators, j’avais 18 ans, j’ai joué du Rock’n’Roll (rires), pour moi c’était une immense fête…

Je me suis fait plaisir pendant 3 ans avec tout le côté positif du Rock’n’Roll !!!!!


Pascal Periz époque Alligators

Le meilleur souvenir de cette période ?

Tout d’abord le premier Olympia avec Big Beat Records… a été pour moi le plus grand souvenir de cette période…

Peux tu nous raconter « une » ou « des » anecdotes avec les tournées Big Beat Records (avec les Teenkats, Jeannot Cirillo, P.Verbeke…) ?

Une parmi d’autres... Nous avons fait une tournée Big Beat Records en 1982 avec Patrick Verbeke, Victor Leed, Crazy Cavan, Sonny Fisher… tout ce beau monde dans le bus… Il faisait très chaud !

Le bus a fait un arrêt pour le ravitaillement, nous avions à manger entre autre du Camembert, Patrick Verbeke était placé tout près de moi et il sautait sans arrêt sur son siège et j’ai trouvé le moyen de lui glisser un morceau de Camembert sur son siège… encouragé par Jacky Chalard il continuait à sautiller !!!

Puis, il s’est rendu compte de la mauvaise plaisanterie et il était persuadé que c’était Victor Leed le responsable, la chose à failli mal tourner et quand je lui ai avoué que j’étais le seul coupable Patrick m’a fait la gueule pendant 5 ans !!!!!!! (Rires)

Ecoutes tu toujours du Rock ‘n’ Roll, Rockabilly ?

En faite, je n’écoute pas beaucoup de disque, hormis avec mon frère Marc lorsque je passe le voir à Caen...

Musicalement quelles sont tes Idoles ?

Gene Vincent, Eddie Cochran, The Everly Brothers, Creedences Clearwater, Paul Mc Cartney puis des guitaristes Chet Atkins, Jerry Reed… et divers chanteurs francais Aznavour, Polnareff...

Comment c’est passé ta rencontre avec Eddy Mitchell ?

Nous étions à Caen et Jacky Chalard notre producteur nous a appelés pour nous informer; « demain vous venez passer une audition à l’Olympia, Eddy Mitchell cherche un groupe qui chante les titres des Chaussettes Noires pour sa première partie ».

Donc le lendemain nous arrivons à l’Olympia, deux personnes nous attendaient dans la salle Jacky Chalard et Eddy Mitchell.

Eddy et Jacky étaient assis tous les deux au milieu de la salle les pieds chaussés de bottes sur les fauteuils, nous avons joué deux titres des Chaussettes Noires et du Eddie Cochran avec notre âme, quelques minutes après Eddy nous à dit; « arrêtez c’est bon ! », un instant nous avons pensé que c’était foutu, finalement Eddy nous à dit;« Je vous paye un coup, c’est bon je vous embauche ! ».

Nous sommes restés un mois en première partie avec Eddy Mitchell à l’Olympia !!!!


Olympia 1980, les Alligators, Richard Gotainer avec Eddy Mitchell

Quel souvenir gardes-tu de la première partie de l’Olympia avec Eddy Mitchell en 1980 ?

Que des bons souvenirs, Eddy était accompagné par des musiciens que je vénérais; Mauro Serri, Pierre Fanen, Christophe Deschamps, Jean-Yves d'Angelo, Jean-Jacques Milteau, Luc Bertin… enfin que des bons !

Il y avait Richard Gotainer qui faisait la première partie et nous, nous passions sur scène dans un intervalle pendant que les musiciens d’Eddy se préparaient.

Je me souviens que Pierre Fanen venait accorder ma guitare, c’étaient des Papas pour nous !!!

Pour anecdote au départ la production ne voulait pas nous laisser jouer sur la sono de la salle de l’Olympia, nous devions jouer simplement avec nos amplis… Mais heureusement pour nous, tout est rentré dans l’ordre !



l’Olympia 1980 d’Eddy Mitchell avec dans les coulisses
les Alligators, Jean Jacques Astruc, Johnny Hallyday, Mort Shuman

Puis, c’est la rencontre avec Ahmed Mouici qui chantait lui aussi du Rockabilly sous le nom de Gene Everett.
Peux-tu nous en dire plus ?

Ahmed alias Gene Everett chantait à la même époque que les Alligators, il était accompagné par Jezebel Rock et jouait vers Chambéry.

Nous nous sommes rencontrés une fois en concert, mais à cette période je l’ai vu très peu…
Nous l’avons vraiment rencontré après la période Alligators.


1992

1993

1995

1995

2006

En 1992 Pow Wow enregistre l’album « Regagner les plaines », avec le titre « Le Chat ».
Avec trois nominations pour les victoires de la musique, Les Pow Wow reviennent avec deux prix.
Le concept Pow Wow était une première en France, qui vous a inspiré ?

Il y avait des groupes comme Indigo, mais ils étaient dans des styles plutôt Jazz, Bossa et pas vraiment ouverts à tout public.

Alain Chennevière a voulu faire un groupe vocal à capella sans instrument, plus ouvert dans la tradition du Golden Gate Quartet, mais au départ c’était vraiment pour ce faire plaisir… et puis le public a aimé.  

Et nous avons même chanté avec le Golden Gate Quartet !!!


Pow Wow 2006

Ton album solo « Une autre vie » contient de très bonne composition avec des titres qui sonnent, bossa voir Jazzy, pourquoi avoir choisi cette tendance musicale ?

J’ai eu des influences; Rock’n’Roll, Jazzy, de différents Guitaristes et j’aime beaucoup la chanson Française et la langue Française, mon père était instituteur un Espagnol qui aimait le français et il ma donné cet amour… C’est une Langue qui nous permet de transmettre et exprimer beaucoup chose en musique et cet album me tenait à Cœur.


2007

Pourquoi as tu décidé de vivre cette aventure solitaire ?

Avec les Pow Wow nous faisons un Break, pour moi c’est une sorte de challenge, tu as des rêves dans la vie et quand tu les réalisent, il faut passer à autre chose… tout simplement.

Alain Chennevière vient de monter un groupe Rockabilly « Rockspell »… toi aussi, as-tu l’intention un jour de rejouer du Rock’n’Roll ?

Avec plaisir, bien sur ! J’ai commencé avec, je me suis éclaté en jouant du Rock’n’Roll, donc je finirais avec…

Un prochain album Pow Wow est-il encore possible ?

Bien sur que c’est possible ! On se reverra dans quelques temps, nous ne sommes pas attachés.
Nous avons fait beaucoup de concerts, nous respectons notre public et nous referons quelque chose ensemble.

Pascal, je te laisse le dernier mot pour passer un message au visiteur de Mitchell-City :

Je dirais simplement « L’espoir est comme le ciel des nuits, il n’est pas coin si sombre où l’œil qui s’obstine ne finisse par découvrir une étoile ».

Merci Pascal pour tes réponses,

Pascal pour Mitchell-City

(Questions posées le 09/02/2008)


Page conçue par P. Caseau
9 F
évrier 2008

Page home Mitchell City